Archives de Tag: outil de levage

Winter is coming : L’étude sur les porteurs de moufles enfin révélée.

La moufle, la moufle, la moufle… Ou plutôt devrais-je dire les moufles parce que dans notre réalité, elles font parties des Paires et se vendent donc toujours par deux. Amis manchots et unijambistes, restez avec nous, on vous aime.

moufle

L’hiver se pointant plus vite encore que dans la série de l’année mettant en jeu un trône en métal, la moufle sort de nos greniers ou caves pour plus grand malheur des gens de notre trempe. Le problème de la moufle est avéré, il est profond : on ne peut rien faire avec. On ne peut pas conduire, ni voiture, ni moto, ni vélo. On ne peut pas lire ni écrire, on est en général bien emmerdés par la soulève de cartons ou d’autres trucs (ce qui est une aberration puisque la moufle est un outil de levage… sisi), on ne peut quasiment rien prendre en main, on ne peut pas tirer au pistolet, encore moins au fusil, on peut à peine décocher une flèche et se risquer à utiliser une arme blanche est proprement suicidaire. Concrètement on ne peut même pas fumer avec…

Défaut de confiance
Le principal problème de la moufle réside dans le profond manque de confiance en soi de leurs porteurs. Cherchez dans votre mémoire ce souvenir grisant : dans la rue, vous croisez quelqu’un que vous n’avez pas vu depuis longtemps. Vous vous réjouissez de cette rencontre impromptue et vous empressez de tendre votre main pour empoigner fermement la sienne quand tout à coup il se hâte gauchement pour enlever les moignons de laine qui pendent à ses mains. Vous lisez en lui le malaise et ne pouvez vous empêcher d’arborer un sourire en coin. Oui oui, ce sourire en coin mi dédaigneux, mi rigolard qui vous caractérise. Voilà, vous y êtes. La moufle c’est malheureusement ça. Les adeptes ont une tendance à créer ce genre de situation pour environ 25% d’entre eux. Parce qu’on ne peut pas être bien dans sa peau et porter des moufles ; après enquête, ça n’existe pas.

L’audace
Pour les autres porteurs de moufles – environ 5% – on a voulu tenter quelque chose. Pour être au dessus de la mode peut être ou plus hipster que le dernier des petit loup qui traîne ses bateaux rue Montorgueil. On veut faire sensation, on veut étonner ? Nous saluons l’initiative, mais c’est raté.

L’enfance
Ne blâmons pas pour autant l’ensemble des mouflés. Car force est de constater que la moufle est enfantine. Elle plaît aux enfants et aux parents, notamment car elles handicapent leurs jolis diables et leur évitent bien des conneries hivernales. Souvenez vous une fois de plus de ces moignons fourrés revêtus de cette matière acrylique que seule les 80’s savaient faire et pleurez en vous rappelant les fils qui passent dans les manches et ces accessoires qui vous empêchaient même de faire des boules de neiges. Ça doit représenter au moins 50% des inconditionnels de la moufle.

La Science
D’un point de vue anthropologique on leur trouve tout de même un atout, une utilité présomptueuse même, car les moufles sont les meilleurs vendeurs du pouce opposable. Un bon moyen de faire bisquer du même coup l’ensemble de la faune en les arborant fièrement…
Le port de la moufle comme accessoire de revendication du pouce opposable doit être dans les 1% de porteurs.

Les irréductibles
Pour tous les autres, soit 19% des porteurs de moufles, ils sont clairement canadiens, trappeurs ou bûcherons  ils sont seuls à pouvoir réellement apprécier la moufle à sa juste valeur et à ne pas être obligés de les enlever à chaque fois qu’ils souhaitent faire quelque chose. En effet, on peut facilement abattre un arbre la la hache avec des moufles, c’est sans aucuns doutes le seul truc que l’on peut faire avec ces trucs aux mains.

Le premier qui me parle de ces fameuses moufles-mitaines ira se pendre avec une cravate à fleurs, c’est bien compris ?!!
En terme de vocabulaire, l’argot évoluant, nous avons il y a peu découvert ce qu’était une biffle au JT de 20h. Apprenant par là même qu’elle n’avait rien de convivial… ! Concentrez-vous et imaginez maintenant ce que pourrait être une moufle…

Allez les petits loups, on abandonne ses rêves d’enfant, de wannabe-hip ou d’adulte aux pulsions sexuelles plus que douteuses et on se pare de gants ou de mitaines, tout simplement.

Publicités
Tagué , , , , , ,